Resto Trottoir de mars 2015

Le repas du Resto Trottoir sera ce 29 mars place Marulaz s’il fait beau… sinon vous savez quoi faire : suivre les pancartes sur place !
Vous pouvez, comme habituellement, aider dès 11h30 à l’installation puis au service et au rangement…
 
Le capitalisme nuit gravement à la société, on le sait, on le subit !
  
“De la bouffe pas des bombes ! Des maisons pas des prisons ! Des soins pas des potions ! Des écoles pas des casernes ! Des légumes pas du bitume ! Des biens communs pas des profits !”

Des maisons !

Le nombre des personnes Sans Domicile Fixe a augmenté de 50 % en France en dix ans. (chiffre INSEE)
Des familles entières sont aux portes de chez elles, mal logées et presque à la rue. On estime qu’en France il y a 10 millions de personnes mal logées. Et on est sûr des 3,5 millions de personnes qui sont totalement sans logement ou qui logent dans des endroits de fortune : camping, chambres d’hôtel, abri de fortune et squat, logements insalubres ou dans la rue…

Les dispositifs d’aide sont largement sous évalués, ne sont plus adaptés et sont engorgés…
Des familles ou des personnes seules sont envoyées dans des hôtels aux frais des CCAS : des marchands de sommeil louent pour une nuit ou plusieurs une chambre peu adaptée à ces personnes pour un coût prohibitif.

Les expulsions sont toujours le premier recours de la société (en tout cas celui des élus municipaux, de la préfecture, des propriétaires privés, etc.). Malgré des lois censées donner la possibilité de réquisitionner des bâtiments pour reloger des gens, on peut constater que ce n’est jamais, sinon que trop rarement, mis en œuvre. Pourtant des bâtiments sont vides, certains sont communaux ou municipaux (et du coup ils appartiennent de fait aux habitants de la ville !) mais les pouvoirs politiques ne font rien… si ce n’est expulser des occupants qui n’ont souvent pas d’autre choix que l’illégalité.

Tous les ans, au moment de Noël, les informations nationales rappellent ce problème de logement. Une ritournelle qui permet de dédouaner les politiques : “on en parle alors ils doivent agir !”. Et bien, non. C’est un leurre. Il n’y a aucun moyen mis en œuvre si ce n’est du provisoire qui enrichit ces structures privées, hôtels et campings.

Des soins !

Démantelés, vidés de leur personnel et de fonds structurels importants, ils vont de plus en plus dans l’inefficacité… une inefficacité réglée comme du papier à musique par des choix politiques : permettre aux entreprises privées de faire du bénéfice avec les soins en supprimant en même temps les hôpitaux publics. Seul.e.s celleux qui ont de l’argent pourront (peuvent) se soigner. Et encore ! Sur 5 doigts arrachés, combien de doigts choisira-t-on de recoudre si chacun vaut des milliers d’euros ? Combien de potions s’avèrent déjà toxiques et/ou inutiles mais rentables pour les entreprises pharmaceutiques ?

Des écoles !

Alors que l’argent coule à flots dans le budget “Défense” qui augmente tous les ans, l’éducation se voit, elle, retirer des sommes nécessaires à l’établissement scolaire : permettre des activités enrichissantes aux enfants autres que l’enfermement systématique de 6 à 16 ans…
Avec la destruction du système éducatif public d’un côté et le développement des écoles privées de l’autre, c’est un choix sociétal : qui a une Culture et une Éducation de premier ordre pourra vivre, s’épanouir, travailler à sa passion… qui ne l’a pas, se verra abêtit, isolé, rejeté et laissé sur le carreau du salariat…
Attention : l’abêtissement est un projet gouvernemental. S’il n’y a plus d’argent et de moyens pour rendre des individus libres et autonomes… cela sert ses intérêts.

L’argent public pour le Public !

En attendant, les élus dépensent l’argent public en payant grassement des grosses entreprises privées (vinci, eiffage, bouygues, etc.) pour des travaux souvent inutiles (tels les stades, JO, tramways, rénovations, autoroutes, etc.) pour une population qui ne les demande pas et qui souhaiterait des projets plus utiles aux enfants, aux personnes âgées, aux non-valides, aux sans-papiers, etc.
Cela sans compter toutes ces informations qui affichent les montants et salaires que s’octroient les élus : illes s’en mettent plein les poches et ressortent frais et sans souci de leurs larcins, vols et détournements de fonds publics. Cette citation est décidément toujours d’actualité :
“Le vol le plus énorme est celui qui passe inaperçu : le secteur Privé vole Nos services publics !”

Allez, voici d’autres citations, juste pour votre bonheur…

“Il paraît que l’on vit dans un pays libre... Alors pourquoi les prisons sont pleines ?”
“Le capitalisme c’est la puissance de l’État au service des actionnaires.”
“Travaux publics ! Bénéfices privés !”

“Esclave : Tu travailles, on te nourrit et on te loge. Salarié : tu travailles pour te nourrir et te loger.”
“Travailler tous, Travailler moins, travailler autrement, partage du travail, partage des richesses !”
“Notre ville n’est pas un musée, nous voulons vivre !”
“Il faut beaucoup d’indisciplinés pour faire un peuple libre.”

“On peut parler des problèmes du monde, mais parlons plutôt des solutions à aborder !”
“Face à la crise et aux plans d’austérité, face à la misère et à la galère… dépouillons les supermarchés, piratons l
électricité, ne payons plus les loyers, dévalisons les riches… et puis partageons le butin, collectivisons la débrouille ! Rien à mendier, tout à prendre !”

Et pour rappel :
“Il n’y a pas de capitalisme à visage humain !”








Resto Trottoir de Février et infos



Le prochain resto-trottoir aura lieu le dimanche 22 février à partir de 12 heures 30 place Marulaz à Besançon.
Si le coeur vous en dit, il est toujours possible de venir donner un coup de main pour installer vers midi ou de rester un peu avec nous pour la vaisselle ...

Voici quelques infos que nous avons reçu et souhaitons partager avec vous…


À Besançon :
- Ce samedi 21 février 2015 : Soutien à la librairie l'Autodidacte.
Le groupe Proudhon et les amis de l'Autodidacte nous donnent RDV pour une journée de soutien à la librairie : ça se passera à la salle Battant, au 48 de la rue Battant à Besançon.
Nous sommes attendus nombreuses et nombreux dès 16 heures !



- Ces jeudi 26, vendredi 27 et samedi 28 février 2015 : Festival Hors-Clichés, le festival de films qui dégenre.
1ère édition pour ce festival de films sur les genres et les sexualités au-delà des normes et des préjugés.
La programmation des films et des soirées est ici : http://collectifxyzbesac.blogspot.fr/2015/01/hors-cliches-le-festival-de-films-qui.html
Le collectif sera au repas du RT de ce 22 février et tiendra une table de presse : venez discuter et découvrir le programme !



- Ce samedi 7 mars 2015 : Journée internationale pour les Droits des Femmes (8 mars).
Comme chaque année, Solidarité Femmes Besançon est associée à un évènement autour de cette journée emblématique. Elle se tiendra à la salle de La Malcombe.
Le programme est ici : http://www.solidaritefemmes25.org/calendrier/?event_id1=20

- Ce 11 mars 2015 : Ne pas oublier Fukushima… ne pas croire que cela n'arrivera pas en France.
Pour soutenir le peuple japonais dans son refus du nucléaire, pour dire non aux risques insensés du nucléaire, un rendez-vous nous est donné Place Pasteur à Besançon, à 18h30.
Plus d'infos ici : http://journaldelenergie.com/nucleaire/surete-nucleaire-des-failles-clairement-identifiees/
et ici : http://www.sortirdunucleaire.org/Loi-transition?origine_sujet=TE201501

À Dijon :
- Ce 28 février 2015 : Déambulation et plantation d'un verger ! Rendez vous 14 h place Wilson, arbre et pioche en main !
Suivi à 20h d'une bouffe et à 21h d'un bal trad animé par 'le bout du banc'
Plus d'infos ici : http://jardindesmaraichers.potager.org/?p=730 et ici : La "lettre ouverte aux dijonnais et dijonnaises" : https://jardindesmaraichers.potager.org/?p=528 et F Rebsamen le 28 mars 2014 miroir mag et radio campus : http://www.miroir-mag.fr/16685-francois-rebsamen-ps-nous-sommes-la-gauche-et-nous-ne-pouvons-pas-oublier-de-parler-aux-gens-qui-souffrent/



------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

+ Des infos (plus ou moins récentes) :

•  RDC : Le carnage et la révolte

http://www.izuba.info/info/rdc-le-carnage-et-la-revolte,962.html

21 janvier 2015
En RDC, les manifestions s’étendent malgré une répression féroce
Au troisième jour de mobilisation de la population, à Kinshasa et dans l’Est du pays, contre une loi qui permet au chef de l’Etat de rester au pouvoir au-delà du terme établi par la Constitution en 2016, le décompte des victimes de la violence policière prend des proportions effrayantes.
Ce qui ne fléchit pas, au contraire, la volonté de lutte des Congolais qui réclament désormais le départ du président Kabila.


   21 janvier 2015, à 15 heures
Hier soir, à 23 heures, à Kinshasa, après une journée d’affrontements violents entre manifestants et forces de l’ordre – il s’agirait de membres de la Garde républicaine en uniforme de policiers, vu que ces derniers se font de plus en plus récalcitrants à se battre contre les jeunes descendus dans la rue –, à Masina, Kauka, Lemba, Livulu Campus, Ngaba et Kingasani, le bilan des victimes est monté à 68 morts, dont 6 membres de la force publique. La source de cette information vient d’un médecin de la morgue de l’Hôpital Général Mama Yemo dans le quartier de la Gombé, à Kinshasa. Le correspondant de l’Agence d’information a pu le contacter et ainsi contourner l’interdiction du pouvoir qui empêche aux journalistes d’accéder aux morgues. Paul Nsapu, secrétaire général de la section Afrique de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) a déclaré à RFI : « Le personnel soignant nous a informé, chiffres à l’appui, et nous avons des images, des photos sont là. Le régime à tué. »

Une décision prise au Palais de la Nation bien avant le déclenchement de ces événements avec le remaniement de l’armée en septembre 2014 et celui, plus récent, de la police, le 10 janvier. Des hommes de confiance du chef de l’Etat avaient été placés aux postes clé et, dimanche 18, le tout nouveau chef d’état-major attaché à la présidence, le général Olenga, avait été chargé de mettre en place le dispositif pour contrer les manifestations prévues pour le lendemain. Avec la Garde républicaine, les Unités de réaction rapide (URR) de l’armée et celles de la Légion nationale d’intervention de la police ont été déployées.

Face à la détermination des manifestants qui se sont défendus et, en certains cas, ont contrattaqué (des commissariats ont été pris d’assaut, les armes emportées et la maison du gouverneur de Kinshasa a été détruite), ces forces ont été souvent débordées et on compte déjà des cas de défection et d’insubordination.

Affaibli, le pouvoir a essayé de jouer la carte de la répression sanglante à huis clos. Après avoir coupé internet et SMS dans les portables, les médias de l’opposition ont été interdits, y compris celui de la chaîne catholique. Ce matin, suite à la reprise des affrontements, les signaux de RFI et d’Africa 24 ont été aussi coupés, ce qui a été confirmé par Radio Okapi des Nations Unies. Malgré la censure, les informations filtrent, circulent et se vérifient.

A Kinshasa, les premiers cortèges ont démarré le matin tôt à Kasavubu, et les manifestants ont occupé la rue à Kingasani, fief de la nombreuse communauté des Bayaka. Les incidents les plus violents ont eu lieu à l’Unikin, où une source fait état de 18 étudiants tués.

Pendant que nous écrivons (ce mercredi 21 janvier en début d’après-midi), une foule nourrie se dirige vers le pont de Matete alors que les policiers sont en débandade. Dans les Kivu, à Bukavu, le commissariat de Kudutu a été incendié et la Nationale n° 2 bloquée. A Goma, l’université a été occupée à partir de 9h15 et les rues ont été barricadées. La police refuse de tirer et les URR prennent position contre les manifestants. Un groupe d’étudiants a envahi le tribunal et demande la libération de tous les opposants arrêtés par le régime.

A 14h30, Lubumbashi, dans le Katanga, entre dans le mouvement. Les manifestants réunis à Place de la Poste demandent la non adoption de la loi électorale et la libération du bâtonnier Jean-Claude Muyambo, arrêté hier et détenu à la prison de Makala, à Kinshasa. La tension commence aussi à monter à Beni, dans le Nord-Kivu, à Kananga, dans le Kasaï occidental, et à Kisangani, dans la province orientale.

En conséquence de l’ampleur de ces manifestations, de plus en plus spontanées, qui sont en train de prendre une tournure insurrectionnelle, toutes les forces d’opposition se rallient au mouvement. La coalition des partis à l’origine de l’appel du 16 janvier a donné le mot d’ordre du maintien de la pression jusqu’au retrait de loi inconstitutionnelle qui a été hier jugée recevable au Sénat. Dans le cas contraire, une déclaration sera lancée pour exhorter les Congolais à appliquer l’article 64 de la Constitution prévoyant le droit à utiliser la force contre un régime qui confisque les libertés. Le cardinal Monsengwo a publié une déclaration contre toute révision de la Constitution ou modification de la loi électorale. Dans l’après midi d’hier, Etienne Tshisekedi, le leader historique de l’UPDS, s’est adressé à la population afin qu’elle continue à lutter « pour contraindre ce régime finissant à quitter le pouvoir ». Quant à l’opposition politico-militaire du M23, un communiqué de soutien aux manifestations est attendu en fin d’après midi. Entre temps, l’ancien ministre de la jeunesse de ce mouvement, vient de condamner d’une manière ferme « le massacre de la population et les arrestations des opposants ».

Luigi Elongui pour l’Agence d’information

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une personne a réalisé et nous a fait parvenir cette sélection d'une dizaine de textes en lien avec les attentats récents en France.

Ces textes semblent importants à partager car ils portent un regard critique à différents niveaux : traitement médiatique des évènements, contexte politique et social dans lequel ces attentats s'inscrivent, regard sur la politique éditoriale de Charlie Hebdo ces dernières années, réflexions autour des notions d'"union nationale", de "république", de "liberté d'expression"… Ils sont de ton, de qualité et de provenance diverses, et sont parfois contradictoires les uns avec les autres sur certains points. En somme, tout ce qu'il faut pour muscler nos petits neurones.

À noter que ces textes sont autant de liens vers des sites d'information indépendants qui méritent d'être connus. Le portail rezo.net : http://rezo.net/ réunit bon nombre de ces sources.

   Par ordre chronologique :

"Ça faisait longtemps que Charlie Hebdo ne faisait plus rire, aujourd'hui il fait pleurer", non signé, 7 janvier, sur "Quartiers libres"

https://quartierslibres.wordpress.com/2015/01/07/ca-faisait-longtemps-que-charlie-hebdo-ne-faisait-plus-rire-aujourdhui-il-fait-pleurer/

"Ces morts que nous n'allons pas pleurer", Mathias Delori, 8 janvier 2015, sur "Médiapart"

http://blogs.mediapart.fr/blog/mathiasdelori/080115/ces-morts-que-nous-n-allons-pas-pleurer

"La peur d'une communauté qui n'existe pas", Olivier Roy, 9 janvier 2015, sur "Camp-volant"

http://campvolant.com/2015/01/09/la-peur-dune-communaute-qui-nexiste-pas-par-olivier-roy/

"Le discours hypocrite de la liberté d'expression au lendemain de l'attaque contre Charlie Hebdo", David North, 10 janvier 2015, sur "World Socialist Website"

https://www.wsws.org/fr/articles/2015/jan2015/pers-j10

"L'attentat contre Charlie Hebdo : l'occultation politique et médiatique des causes, des conséquences et des enjeux", Saïd Bouamama, 11 janvier 2015, sur "Le bog de Saïd Bouamama"

https://bouamamas.wordpress.com/2015/01/11/lattentat-contre-charlie-hebdo-loccultation-politique-et-mediatique-des-causes-des-consequences-et-des-enjeux/

"L'art de la guerre", non signé, 12 janvier 2015, sur "Lundi matin"

http://www.lundi.am/spip.php?article25

"Quelques réflexions sur les évènements en cours", Yves Pagès, 12 janvier 2015, sur "Pense-bête"

http://www.archyves.net/html/Blog/?p=6238

"Je ne suis pas Charlie", Schlomo Sand, 13 janvier 2015, sur "Union Juive Française pour la Paix (UJFP)"

http://www.ujfp.org/spip.php?article3768

"Charlie à  tout prix", Frédéric Lordon, 13 janvier 2015, sur "La pompe à phynance"

http://blog.mondediplo.net/2015-01-13-Charlie-a-tout-prix

"De la liberté d’expression à la marche républicaine", Philippe Blanchet, 15 janvier 2015, sur "Les mots sont importants"

http://lmsi.net/De-la-Liberte-d-Expression-a-la

Ils ne sont pas intégrés dans cette sélection, mais pour les personnes que ça intéresse signalons que sur rezo.net, on trouve plusieurs textes de professeurs qui parlent des réactions de leurs élèves, de discussions qu'ils ont eu avec eux, de leurs analyses... Il faut remonter le fil des jours pour les trouver.

   En complément, voici des liens vers des textes qui ne parlent pas directement des questions soulevées ci-dessus, mais qui apportent des éclairages pertinents sur tel ou tel aspect.

"Le FBI mis en cause dans l'organisation d'attentats par des Américains musulmans", sur "lemonde.fr". Il ne s'agit pas d'une information faisant partie de la sphère complotiste (dans laquelle on se passe facilement de preuves pour faire des grandes généralités simplificatrices). Human Rights Watch est une ONG reconnue. Cette info vient du Monde Diplomatique d'août 2014 :

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/07/21/le-fbi-a-pousse-des-americains-musulmans-a-commettre-des-attentats_4460774_3222.html

   Deux articles sur l'anticolonialisme de Jaurès :

"Jaurès et le colonialisme : de l'acceptation à  l'opposition»

http://blogs.mediapart.fr/blog/jerome-pellissier/070115/jaures-et-le-colonialisme-de-lacceptation-lopposition

"Quand Jaurés parlait des fanatiques de l'islam»

http://blogs.mediapart.fr/blog/jerome-pellissier/070115/quand-jaures-parlait-des-fanatiques-de-lislam

Une interview de Jéremy Piolat qui amène des éléments de réflexion stimulants sur la question de la colonisation :

http://cqfd-journal.org/La-colonisation-a-commence-ici

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

https://www.wsws.org/fr/articles/2015/jan2015/frli-j12.shtml#

   La France prépare des frappes militaires sur le sud de la Libye

Par Thomas Gaist 
12 janvier 2015

L’armée française prépare le lancement de frappes contre des cibles en Libye dans les trois prochains mois, selon un diplomate arabe resté anonyme qui s’est confié au journal de langue arabe basé à Londres, Asharq Al-Awsat.

« Je suis prêt à parier que cette intervention aura lieu dans les trois mois, » a dit cette source anonyme récemment.

Ce diplomate a dit nettement que « la question actuellement n'(était) plus de savoir si la France (allait) intervenir militairement en Libye, mais quand ».

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a donné des indications allant dans ce sens lors de sa visite la semaine dernière au Niger d’une nouvelle base militaire française près de la frontière entre le Libye et le Niger. Sans appeler ouvertement à la guerre, Le Drian a fortement suggéré que le gouvernement français et l’armée considéraient comme imminente, sous une forme ou sous une autre, une intervention en Libye.

« Nous pensons que le moment est venu de s'assurer que la communauté internationale s'attaque au problème libyen. Je pense que c'est aussi ce que pense le président Issoufou. » a dit Le Drian en faisant référence à sa rencontre récente avec le président du Niger, Mahamadou Issoufou.

Le président Issoufou a explicitement appelé à une intervention militaire des puissances occidentales en Libye, réitérant la position de plusieurs chefs d’Etat africains, que l’action militaire des grandes puissances était nécessaire pour contenir le chaos de plus en plus grand régnant dans le pays. «(U)ne intervention internationale est indispensable comme préalable à la réconciliation de tous les Libyens » a dit Issoufou.

Le représentant du régime à Tobruk Ashur Bou Rached s’est fait l’écho de ces exigences, en appelant à l’intervention des grandes puissances en soutien au gouvernement. « Nous appelons la communauté internationale à assumer ses responsabilités légales et morales et à armer, sans retard ni délai, l’armée libyenne pour qu’elle puisse accomplir sa mission nationale, » a dit Rached

Le Drian a lancé des avertissements sérieux ces dernières semaines quant au fait que la Libye était devenue une couveuse pour groupes extrémistes violents. La Libye était devenue « un sanctuaire pour les terroristes, » a-t-il dit dans un discours devant des troupes française stationnées à Niamey la capitale du Niger.

« La Libye est dans le chaos aujourd'hui et c'est un terrain fertile pour les terroristes qui menacent la stabilité du Niger et, plus loin, de la France, » a ajouté Le Drian.

A la fin du mois de décembre il avait insisté pour dire que la Libye était en voie de devenir un « foyer de terrorisme au cœur de la Méditerranée..» et que les puissances de l’OTAN ne devaient pas « rester passives ».

Des déclarations précédentes du ministre français de la Défense montraient clairement que les nouvelles incursions prévues en Libye du sud étaient une des composantes d’un agenda néocolonial plus vaste que l’impérialisme français poursuit au niveau du continent. Le Drian a dit que des opérations contre-terroristes par les troupes françaises et des forces locales agissant par procuration seraient nécessaires à travers « une région qui s’étend de la Corne de l’Afrique à la Guinée-Bissau. »

L’invocation par Le Drian de menaces représentées par les groupes terroristes en Libye sont une inversion de la réalité. Pendant des décennies, les Etats-Unis et les gouvernements européens ont cultivé les groupes islamistes et autres extrémistes comme des alliés politiques et des forces paramilitaires par procuration.

Pendant ses machinations les plus récentes en Libye et en Syrie, le gouvernement américain a fourni directement des armes, de l’entraînement et de l’aide financière aux militants extrémistes liés à Al-Qaïda. Des groupes militants partout en Afrique, y compris les extrémistes soutenus par les Etats-Unis et l’OTAN pour renverser Kadhafi, ont reçu de l’aide financière de l’Arabie-Saoudite et du Qatar, ceux-ci étant alignés sur les Etats-Unis.

La force motrice derrière la vague de violence impérialiste qui traverse l’Afrique n’est pas la menace du terrorisme, mais les intérêts financiers et commerciaux des élites américaines et européennes qui s’efforcent par la guerre de développer leurs sphères de contrôle sur le continent et de contrecarrer l’influence économique grandissante de la Chine. L’assaut militaire imminent contre la Libye est seulement la phase le plus récente du projet impérialiste à long terme de réorganiser la politique africaine sur une base néocoloniale.

Mise à part l’aide apportée par les groupes extrémistes en Afrique dans le renversement de gouvernements, leur rôle principal est – comme au Moyen-Orient et en Asie du Sud – celui de servir de croque-mitaine et de couverture idéologique pour justifier « la guerre contre la terreur » des puissances impérialistes. Les mêmes forces sociales que les impérialistes avaient soutenues pendant l’assaut contre la Libye sont maintenant présentées comme la justification pour de nouvelles guerres et des occupations sans fin.

Un an à peine après que les brigades islamistes liées à Al-Qaïda avaient été armées pour renverser Kadhafi – provoquant une immense écoulement d’armes et un déferlement de milices vers les pays frontaliers de la Libye, au Sahel et en Afrique de l’Ouest – la France lançait une invasion à grande échelle du Mali, nommée Opération Serval.

En réponse prétendument à la capture de villes dans le nord de ce pays par des militants islamistes et des mercenaires touaregs en fuite après la chute de Kadhafi, l’Opération Serval se donnait pour objectif « la reconquête totale » du Mali, comme s’en est vanté Le Drian en 2013.

L’Opération Serval s’est avérée être le fer de lance de l’établissement d’une occupation française militaire permanente au Sahel sous couverture de l’opération Barkhane, qui a succédé à l’opéation Serval.

L'Opération Barkhane, lancée officiellement le 9 août par des frappes aériennes sur des cibles dans la région d’Essakane au nord du Mali, donne une idée du véritable objectif derrière le battage à propos de nouvelles missions militaires préparées par les forces armées américaines et européennes contre la Libye et d'autres pays africains.

Le but affiché de Barkhane est de « régionaliser » les efforts militaires français au Sahel en établissant un réseau de bases et le déploiement permanent de troupes qui serviront de fondement à « des efforts pour renforcer la sécurité de la région », efforts devant être menés par des milliers de soldats français dispersés sur une zone comprenant le Mali, le Niger, le Tchad, le Burkina Faso et la Mauritanie. Les zones désertiques du Sahel devant être occupées par les forces françaises, contiennent des ressources importantes d'uranium, déterminantes pour le fonctionnement du capitalisme français.

Le personnel de commandement de Barkhane sera stationné dans la capitale du Tchad, N'Djamena. Une nouvelle base aérienne pour fournir de la surveillance et du soutien aériens à la mission sera également ouverte dans cette ville. L'opération a installé un quartier général pour des unités des forces spéciales au Burkina Faso et un autre avant-poste à Gao, au Mali, tenu par au moins 1.000 soldats. Un autre avant-poste de renseignement à Niamey aura une garnison de 300 hommes et un certain nombre de bases plus petites seront tenues chacune par 30 à 50 soldats, selon le National Interest.

Des contingents d'avant-garde d'agents des renseignements des Etats-Unis et de l'Otan ont été déployés en Libye pour faire de la formation militaire et d'autres activités non précisées en mars 2014, selon la société privée d'intelligence Stratfor.

La cause spécifique des appels urgents et croissants pour une action militaire en Libye pourrait bien être la menace de nouvelles perturbations de la production de pétrole dans le pays comme conséquence de la lutte entre des gouvernements rivaux basés à Tripoli et à Tobruk.

La souveraineté sur le territoire libyen et ses ressources énergétiques est à présent contestée par deux semi-états plus ou moins intégrés, qui comprennent des éléments de formations militaires de l'ancien gouvernement et de groupes ethno-sectaires. Alors que le parlement de Tobruk, reconnu au niveau international, l’a été par les gouvernements de grands pays, Tripoli, la capitale de la nation, est contrôlé par des milices affiliées à l'Aube de la Libye, y compris des éléments du Groupe islamique combattant en Libye (GICL) et d'autres forces liées à Al-Qaïda. Les militants de l'Aube de la Libye ont établi leur gouvernement insurgent dans la capitale Tripoli après avoir saisi la ville en août 2014.

Le mois dernier des milices basées à Tripoli ont endommagé plusieurs installations pétrolières lors de tentatives de capturer les principales installations libyennes d'exportation de pétrole à Sidra et Ras Lanuf. Les combattants liés à l'Aube de la Libye ont mis le feu à au moins cinq réservoirs de stockage de pétrole au terminal pétrolier de Sidra, détruisant jusqu'à un milliard de dollars de pétrole.

Les forces aériennes contrôlées par l'Armée nationale libyenne (ANL) – qui auraient été équipées de nouveaux avions de guerre par la Russie – ont lancé des frappes répétées sur des installations pétrolières tenues par l'opposition basée à Tripoli pendant les dernières semaines. Des avions à réaction de l'ANL ont lancé des missiles contre le pétrolier grec ARAEVO, supposément après avoir prévenu le bateau de ne pas se mettre à quai au port de Derna, qui est contrôlé par des groupes de combattants islamistes qui sont nominalement affiliés à l'Etat islamique. Ceci fait partie des efforts de l'ANL d’empêcher du pétrole et d'autres denrées commerciales de transiter par les villes portuaires de Derna et Benghazi.

La guerre civile en Libye crée les conditions pour l'éruption de nouvelles guerres régionales. Comme conséquence de son soutien aux forces de l'Aube de la Libye, le gouvernement turc est effectivement en guerre contre le gouvernement de Tobruk à l'est de la Libye. Mercredi, la Turquie a lancé un avertissement à tous les citoyens turcs et aux avions de ligne pour qu'ils quittent la Libye, en réaction à des menaces du régime qu'il allait attaquer tout bateau et avion qui s'approcherait des zones sous son contrôle.

(Article original paru le 10 janvier 2015)

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

http://www.huffingtonpost.fr/pierre-sigler/animaux-culture-sociologie_b_6499768.html
L'existence des cultures animales est officiellement reconnue
ANIMAUX - L'événement eut lieu à la 11e conférence de la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage, un traité international, conclu sous l'égide de l'ONU, auquel la France a adhéré en 1990. La 23e résolution reconnaît « qu'un certain nombre d'espèces mammifères socialement complexes, telles que plusieurs espèces de cétacés, de grands singes et d'éléphants, montrent qu'elles ont une culture non humaine (ci-après "culture") » et en tire pour conséquence qu'outre les écosystèmes, les individus ou la diversité génétique, il faut préserver les cultures animales, en favorisant leur transmission (d'une génération à l'autre), en évitant autant que faire se peut les perturbations anthropiques et en encourageant la recherche sur ces cultures.

L'existence des cultures non humaines est connue depuis longtemps, mais la nouveauté est qu'elles sont reconnues officiellement, et, ce détail a son importance, par l'appellation "culture non humaine" et non par des termes atténués tels que "proto-culture" ou "pré-culture".

La culture des sociétés animales qui n'ont pas à leur disposition de langage syntaxique est évidemment différente et moins riche que la culture des sociétés humaines. On entend par culture l'ensemble des "acquis" (savoirs ou comportements) que les individus (humains ou non humains) sont capables de transmettre aux autres, processus qu'on appelle l'apprentissage social (1).

    Innovation et transmission

L'étude de la transmission culturelle d'une innovation a débuté au milieu du XXe siècle, par deux observations devenues célèbres. En Angleterre, les laitiers distribuaient les bouteilles de lait chaque matin sur le palier des maisons. À partir de 1947, on a commencé à observer que des mésanges perçaient l'opercule d'aluminium des bouteilles de lait pour en boire le contenu (2) (3). Cette innovation eut lieu vraisemblablement en plusieurs endroits différents (4).

Bientôt, toutes les mésanges du pays se mirent à ouvrir les bouteilles de lait, avec d'ailleurs une préférence pour les bouteilles de lait entier (reconnaissables à la couleur de l'opercule). À l'inverse, alors que certains rouges-gorges trouvèrent comment ouvrir les bouteilles, ce comportement resta chez eux sporadique. La différence s'explique par le fait que les mésanges sont des oiseaux sociaux et voyageurs, tandis que les rouges-gorges sont solitaires et casaniers. L'innovation s'est répandue chez les mésanges par apprentissage social (5).
En 1953 au Japon, dans un groupe de macaques observé par des primatologues, une femelle eut une idée : laver une patate douce dans un ruisseau avant de la manger. Bientôt ce comportement se répandit dans tout le groupe (à l'exception de quelques "anciens", réfractaires au progrès), puis passa à la génération suivante (6).

Notons que les innovations ne se transmettent pas toujours chez les animaux sociaux. Parfois les congénères de l'inventeur ne parviennent pas à reproduire sa technique. Ainsi, sur l'île portoricaine de Cayo Santiago, un seul singe rhésus est capable de casser les noix de coco (7).

    Dialectes et traditions

La culture n'est pas faite que d'innovations, mais comporte aussi des coutumes arbitraires. En 1978, des éthologues ont découvert un trait culturel arbitraire chez les chimpanzés, la poignée de main (8). En Tanzanie, les chimpanzés de Kasoge se serrent la main, mais pas ceux de Gombe, situés à 50 km.

L'étude du chant des cétacés et de certains oiseaux a révélé l'existence de dialectes (9) qui évoluent au cours du temps (10). Ces dialectes peuvent connaître des bouleversements à la suite de migrations. Ainsi, sur la côte est de l'Australie, le chant des baleines à bosse, propre à chaque groupe, a subit une révolution. Vraisemblablement à la suite de la migration de quelques individus, toutes les baleines de la côte ont adopté le chant des baleines de la côte ouest (11). Les éthologues ont supposé que les baleines sont attirées par la nouveauté.

Chez les cailles du Japon, on a montré que l'attirance des femelles pour certains traits chez les mâles se transmettait culturellement entre les femelles (12). Des vachers à tête brune élevés par des parents d'une autre communauté que leur communauté de naissance acquièrent les habitudes des membres de leur communauté d'adoption en matière de séduction et de choix du partenaire (13).

Chez les poissons, les lieux de ponte, de repos ou les circuits de recherche de nourriture sont souvent transmis d'une génération à l'autre. Si, dans un récif corallien, on remplace une population de girelles par un autre groupe de girelles, la nouvelle population adopte d'autres lieux de ponte, de repos ou de recherche de nourriture que la population précédente et les transmet à la génération suivante (14).

    Enseignement

La transmission peut aussi se faire par enseignement, que l'on caractérise en éthologie par le fait que l'enseignant réduit ses performances propres au bénéfice de l'apprenant. Washoe, le premier chimpanzé à qui on a appris à s'exprimer en langue des signes, ralentissait sa vitesse d'élocution lorsqu'elle s'adressait à des débutants en langue des signes (humains ou chimpanzés) (15).

Les orques peuvent s'échouer volontairement sur la plage dans le but d'attraper les phoques qui s'y trouvent. Les mères poussent leurs petits vers la plage, les habituent à s'échouer sur le sable, les déséchouent quand ils n'y arrivent pas eux-mêmes, leur montrent comment attraper des proies. Ceci au détriment de leurs performances (il leur arrive même de relâcher une proie) (16)

    Civilité des éléphants

Au début des années 1980, les autorités du parc national Kruger estimèrent qu'il y avait trop d'éléphants dans le parc. Pour en réduire la population, ils tuèrent les vieux éléphants, puis délocalisèrent certains éléphanteaux orphelins vers d'autres parcs.

Cela eut une conséquence inattendue. Au milieu des années 1990, on se rendit compte que certains des éléphanteaux mâles délocalisés, devenus adolescents, formaient des meutes de "jeunes tyrans", qui attaquaient et tuaient des rhinocéros et d'autres animaux. Or, d'habitude, les éléphants sont pacifiques et n'agissent pas de la sorte.

On s'est aperçu que ces jeunes mâles étaient en "musth", un état périodique des éléphants mâles qui se caractérise par une augmentation importante de l'agressivité et de la sécrétion hormonale (la sécrétion de testostérone peut être multipliée jusqu'à 60 fois). Or, dans un troupeau normal, les vieux éléphants aident les jeunes à contenir leur agressivité lors de leurs premiers musths.

Pour vérifier si c'était effectivement l'absence des aînés qui avait conduit les jeunes mâles à si mal tourner, on a amené de vieux éléphants dans les groupes de jeunes mâles. Les agressions ont pris fin. Aujourd'hui, les autorités du parc national Kruger utilisent la contraception pour contrôler la population des éléphants.

    Un patrimoine diversifié

Une synthèse des observations de plus de 40 groupes de chimpanzés en Afrique a mis en évidence que chaque groupe a ses traditions concernant 39 types de comportements (communication, utilisation d'outils, utilisation de plantes médicinales, alimentation, couchage, pratiques sexuelles...) (17).

Certains orangs-outangs de Bornéo fabriquent des poupées faites d'un assemblage de feuilles. D'autres fabriquent des "sex toys". Un groupe de capucins a une tradition originale, consistant à renifler les mains de l'autre et à poser ses doigts sur sa bouche. Certains dauphins femelles utilisent une éponge comme protège nez lorsqu'elles raclent le fond à la recherche de nourriture. On pense que cette technique, apparue au XIXe siècle, ne se transmet que de mère en fille, sans que l'on sache très bien pourquoi (18). Bref, les cultures animales révèlent aux éthologues une richesse insoupçonnée.

    Conclusion

L'étude des animaux ne relève pas seulement des sciences de la vie, mais aussi des sciences sociales. Il s'agit d'une révolution conceptuelle dans notre rapport aux animaux, traditionnellement vus comme du ressort exclusif de la "nature". Actuellement, les écologistes ne s'intéressent qu'à la préservation des espèces, pas aux individus. Reconnaître que les animaux sont porteurs d'une culture contribuera sans doute à changer ce prisme.

    Notes et bibliographie

Bibliographie

(1) Laland, Kevin N., et William Hoppitt. 2003. « Do Animals Have Culture? ». Evolutionary Anthropology: Issues, News, and Reviews 12 (3): 150‑59. doi:10.1002/evan.10111.
(2) Fisher, J. et Hinde, R. A. « The opening of milk bottles by birds ». British Birds, 1949, vol. 42, n°11, p. 347-357.
(3) Hinde, R. A. et Fisher, J. « Further observations on the opening of milk bottles by birds ». British Birds, 1951, vol. 44, no 12, p. 393-396.
(4) Lefebvre, L. « The Opening of Milk Bottles by Birds: Evidence for Accelerating Learning Rates, but against the Wave-of-Advance Model of Cultural Transmission ». Behavioural Processes 34, no 1 (mai 1995): 43‑53.
(5) Aplin, Lucy M., Ben C. Sheldon, et Julie Morand-Ferron. « Milk Bottles Revisited: Social Learning and Individual Variation in the Blue Tit, Cyanistes Caeruleus ». Animal Behaviour 85, no 6 (juin 2013) : 1225‑32. doi:10.1016/j.anbehav.2013.03.009.
(6) Kawai, M., Watanabe, K., et Mori, A. « Pre-cultural behaviors observed in free-ranging Japanese monkeys on Koshima islet over the past 25 years ». Primate Report, 1992, p. 143-143.
(7) Comins, Jordan A., Brian E. Russ, Kelley A. Humbert, et Marc D. Hauser. 2011. « Innovative Coconut-Opening in a Semi Free-Ranging Rhesus Monkey (Macaca Mulatta): A Case Report on Behavioral Propensities ». Journal of Ethology 29 (1): 187‑89. doi:10.1007/s10164-010-0234-0.
(8) McGrew, W. C., et C. E. G. Tutin. 1978. « Evidence for a Social Custom in Wild Chimpanzees? ». Man 13 (2): 234. doi:10.2307/2800247.
(9) Janik, Vincent M., et Peter J.B. Slater. 1997. « Vocal Learning in Mammals ». In Advances in the Study of Behavior, 26:59‑99. Elsevier. http://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S0065345408603770.
(10) Payne, Katharine, et Roger Payne. 2010. « Large Scale Changes over 19 Years in Songs of Humpback Whales in Bermuda ». Zeitschrift Für Tierpsychologie 68 (2): 89‑114. doi:10.1111/j.1439-0310.1985.tb00118.x.
(11) Noad, Michael J., Douglas H. Cato, M. M. Bryden, Micheline-N. Jenner, et K. Curt S. Jenner. 2000. « Cultural Revolution in Whale Songs ». Nature 408 (6812): 537‑537. doi:10.1038/35046199.
(12) White, et Galef. 2000. « "Culture" in Quail: Social Influences on Mate Choices of Female Coturnix Japonica ». Animal Behaviour 59 (5): 975‑79. doi:10.1006/anbe.1999.1402.
(13) Freeberg, Todd M. 1996. « Assortative Mating in Captive Cowbirds Is Predicted by Social Experience ». Animal Behaviour 52 (6): 1129‑42. doi:10.1006/anbe.1996.0260.
(14) Warner, Robert R. 1988. « Traditionality of mating-site preferences in a coral reef fish ». Nature 335 (6192): 719‑21. doi:10.1038/335719a0.
(15) Fouts R.S., « Foreword », in McMillan, Franklin D., éd. 2005. Mental health and well-being in animals. 1st ed. Ames, Iowa: Blackwell Pub.
(16) Rendell, Luke, et Hal Whitehead. 2001. « Culture in whales and dolphins ». Behavioral and Brain Sciences 24 (02): 309‑24.
(17) Whiten, A., J. Goodall, W. C. McGrew, T. Nishida, V. Reynolds, Y. Sugiyama, C. E. G. Tutin, R. W. Wrangham, et C. Boesch. 1999. « Cultures in Chimpanzees ». Nature 399 (6737): 682‑85. doi:10.1038/21415.
(18) Kopps, Anna M., et William B. Sherwin. 2012. « Modelling the Emergence and Stability of a Vertically Transmitted Cultural Trait in Bottlenose Dolphins ». Animal Behaviour 84 (6): 1347‑62. doi:10.1016/j.anbehav.2012.08.029.



Concert de soutien

… et bouffe vegan à prix libre en soutien au collectif anarchiste et féministe indonésien Needle N'Bitches.

Ça se passe aux Arcades, rue d’Arènes, à Besançon à partir de 20h (1er groupe : Les Fées Minées). Co-organisé par le Resto Trottoir (Food Not Bombs de Besancon) et Kanivo Chaos.

Needle N'Bitch est un collectif basé à Yogyakarta, sur l’île de Java en Indonésie, qui apporte son soutien aux femmes indonésiennes notamment par rapport aux problématiques de contraception, d’avortement et de violences conjugales, à travers différentes activités, le tout dans une démarche DIY et libertaire.
Le concert et la bouffe sont en prix libre et l’argent récupéré sera envoyé en soutien à Needle N'Bitch.

HUMAN COMPOST - hardcore / crust
http://humancompost.free.fr/

DAS MODELL - noise / post-punk
Dernier concert à Bezak !!!!
http://dasmodell.bandcamp.com/

DISKÖSE - Dbeat attak
Premier concert en France

LES FÉES MINÉES - queer folk'n'roll
Les-fees Minees

Les groupes passeront dans cet ordre : Les Fées Minées, Disköse, Dasmodell et Human Compost.
À bientôt !

Bulles et Resto Trottoir de janvier

Bonjour à vous,

Trottant(es) trotteurs et trottinettes
Le prochain resto-trottoir aura lieu le dimanche 25 janvier à partir de 12 heures 30 place Marulaz à Besançon.
Si le coeur vous en dit, il est toujours possible de venir donner un coup de main pour installer vers midi ou de rester un peu avec nous pour la vaisselle ...



Ce n'est pas tellement à notre habitude de traiter des sujets tels que celui du coca cola. C'est un sujet qui paraît au premier abord toucher d'avantage à nos goûts qu'à nos convictions politiques et aux problématiques modernes. L'objectif n'est pas de stigmatiser les consommateurs de sodas, pas d'avantage qu'on ne le ferait pour les fumeurs, ou encore les consommateurs que l'on voudrait faire passer pour les grands coupables du gaspillage alimentaire.

On peut lire dans les médias, internet, toutes sortes d'informations sur les sodas. Plus le sujet est traité, plus on peut croiser d'informations contradictoires. C'est pourquoi je vais essayer ici de faire la part des choses.

The Coca-Cola Company, PepsiCo un chiffre d'affaire cumulé de 115 milliards par an

C'est le suisse Nestlé qui tient la première place des entreprises agroalimentaires au monde, suivi de près par Coca Cola Cie et PepsiCo, qui a eux deux dépassent allègrement le géant Nestlé. Nestlé mériterait un autre article à lui seul, car c'est un véritable empire tentaculaire qui détient une part impressionnante des marques de supermarché, de l'eau en bouteille aux croquettes pour chien.
Si les géants du coca se partagent un marché équivalent au PIB d'un pays comme l'Angola ou le Maroc, c'est avant tout grâce à une emprise mondiale, l'omniprésence des sodas et autres boissons sucrées dans presque tous les commerces alimentaires, les distributeurs de rue, en milieu scolaire, en restauration...
On peut trouver rassurant qu'un tel marché soit épargné d'un monopole, mais ce serait ignorer les multiples ententes qui ont été relevées entre ces deux entreprises.
Une telle position leur permet de débourser des sommes extravagantes en lobbying quand leurs intérêts sont menacés. Exemple à partir de 2009 quand de nombreux pays se sont penchés sur l'idée de taxer les sodas pour lutter contre l'épidémie d'obésité, l'investissement en lobbying a été décuplé autant chez Coca cola qu'à Pepsico, passant de 1 million de $ /an à 9 millions.
C'est aussi en 2012 quant la Californie a proposé l'étiquetage des produits contenant des OGM que le chapeau a tourné entre les grandes entreprises agroalimentaires pour financer une des plus grandes actions de matraquage radiotélévisé. Une des publicités était animée par un soit disant Henry Miller, professeur de l'université de Standford qui n'existe pas.

Soda light et controverses

Pepsico a été le premier à lancer son cola sans sucre en 1964. À l'époque le sucre avait été remplacé par la saccharine qui a été sujette à controverse dans les années 1980 quand le Coca coca light arrive à son tour en même temps que l'autorisation de l'aspartame en 1983.
Depuis les craintes vis à vis de la saccharine sur son influence vis à vis du cancer de la vessie se sont dissipées. Toutefois des études récentes montrent qu'elle peut agir sur la flore intestinale et ainsi perturber le métabolisme du sucre, favorisant par là même le diabète de type 2. La saccharine, si elle a laissé sa place à de nouveau édulcorants est toujours présente dans de nombreux produits dont les sodas allégés en fontaines car sa conservation est meilleure que celle de l'aspartame.

C'est en effet maintenant à l'aspartame d'être décrié. L'histoire de cette molécule inventée par Searle en 1965 est couverte d'un voile sombre. La méfiance s'installe dès 1974 quand l'aspartame est retiré de la consommation par la FDA (agence de régulation des aliments et médicaments étasunienne) peu de temps après son autorisation. On lui suspecte de causer des cancers du cerveau. La suspicion ne fait que croître quand Donald Rumsfeld, ancien président de Searle est placé parmi la direction de la FDA en 1981 et que l'aspartame est ré-autorisé quelques mois plus tard. Enfin pour couronner le tout en 1985 Monsanto rachète Searle et acquière ainsi les droits sur l'aspartame.
L'aspartame a été analysé par de très nombreuses études, assez contradictoires sur les effets possibles sur l'homme. Malgré qu'il soit souvent décrié dans les médias, les autorités de régulation s'entendent toujours sur son innocuité dans les doses recommandées. Un doute toutefois anime encore la communauté scientifique sur l'impact sur les cancers du sang, une étude épidémiologique venant confirmer ce qui avait été mesuré sur les rats auparavant, avec des chiffres allant jusqu'à doubler les risques de myélome chez les hommes.
En effet l'aspartame se digère en formant deux acides aminés, (phénilalanine et l'aspartate) ainsi que du méthanol ( le composé qui rendait aveugle certains bouilleurs de cru ). Le méthanol est d'avantage dangereux quand il n'est pas associé à l'éthanol et chez les hommes il est converti plus rapidement que chez les femmes en formaldéhyde, un composé cancérigène.
La phénylalanine est quant à elle dangereuse pour certaines personnes souffrant d'une certaine maladie génétique (d'où le message obligatoire sur les emballages contenant de l'aspartame). On suspecte toutefois ces apports de phénylalanine et d'aspartate d'agir sur le système nerveux, notamment en aggravant des conditions de dépression, de convulsions, d'épilepsie.

Cependant le principal inconvénient de l'aspartame n'est pas tant sa toxicité directe que sa dégradation en divers composés pendant de longues périodes de stockage sous forme liquide à température ambiante, ou pire exposé à la chaleur. Dans une boisson neutre comme de l'eau parfumée, il y a dégagement de DKP (dicétopipérazine) d'avantage toxique que l'aspartame. Cela ne semble toutefois pas toucher les sodas et surtout les colas où l'acidité conduit aux mêmes composés que la digestion cités plus haut.

L'aspartame est rarement utilisé seul, le duo aspartame-acésulfame K est des plus courant. L'acésulfame K est une molécule proche de la saccharine, qui malgré les allégations d'innocuité des autorités sanitaires est suspecté sur divers problèmes. On note par exemple qu'en passant la barrière placentaire et les glandes mammaire, il agit sur le fœtus/nouveau né directement par son goût, affectant l'attirance pour le goût sucré par la suite. Sur des expositions chroniques il diminue l'activité cérébrale des souris et la question de son activité cancérigène reste en suspend.
Les boissons light au complexe aspartame-acesulfame-k sont aussi incriminées d'un risque supérieur d'AVC.

Face à une opinion publique de plus en plus suspicieuse vis à vis des édulcorants, Pepsico et Coca cola se tournent vers l'extrait d'une plante amérindienne : la stévia.

C'est viable cette stévia ?

Dès les première suspicions sur la saccharine, l'agroalimentaire japonaise s'est tourné vers cette plante prisée des Guaranis au pouvoir sucrant rivalisant avec les plus puissantes molécules chimiques modernes. S'appuyant sur la longue expérience de ces peuples quand à son innocuité, elle est raffinée pour ne sélectionner que la molécule la plus active : le rébaudioside A. Sa particularité est d'avoir un goût qui fait penser à la réglisse, c'est pourquoi on la purifie un maximum et on l'associe souvent avec du sucre ou un autre édulcorant.

Les autorités sanitaires européennes ont mis longtemps avant d'autoriser le rébaudioside A, peu après la FAO elle même stimulée par les industriels des édulcorants cherchant à élargir leur marché avec cette alternative "naturelle". Avec une marge de sécurité doublée, la dose journalière admissible est fixée à 4mg/kg de masse corporelle, soit 10x moins que l'aspartame, 3x en dessous de l'acésulfame K. L'extrait de plante non purifié ainsi que la plante séchée restent interdits à l'usage alimentaire. Certains amérindiens s'en servaient comme contraceptifs, et des études sur les rongeurs ont pu vérifier des effets sur la reproduction qui n'ont pas été observés sur l'extrait purifié.

L'extraction du rebaudioside A est un processus pouvant impliquer l'utilisation de solvants, éthanol ou plus souvent méthanol en Europe et de résine à échange d'ion susceptibles de relarguer des phtalates. On ne peut pas dire que cela soit un produit naturel comme voudraient nous le faire croire les campagnes de publicité. Et puis de toute manière il ne suffit pas qu'un produit soit naturel pour être sain.

“Goût sucré d'origine naturelle
Calories plus faibles”

Un arrière goût de diabète

Les deux dernières sorties du Coca cola life et du Pepsi true contiennent toujours 64% des calories des versions pur sucre soit 4,5 morceaux de sucre par cannette. Cela a beau être moins qu'un jus de fruit, cela n'en fait pas une boisson saine à consommer sans réserve. D'autre part il a été émis que les jus 100% fruit n'induiraient pas le diabète comme le font les sodas, une des raisons pourrait en être leur teneur en antioxydants complètement absents de ces derniers.

On peut aussi opposer que la promotion des sodas et des jus de fruit qui remplacent de plus en plus l'eau de boisson entraînent une addiction au goût sucré. Des recherches ont montré qu'un goût sucré intense cause une dépendance qui surpasse celle de la cocaïne. Ce goût amplifie aussi l'appétit et agit donc défavorablement sur la question de l'obésité.

Et puis il ne faut pas oublier qu'un cola ce n'est pas uniquement un agent sucrant dans de l'eau gazeuse mais aussi :
- du colorant E150, un caramel formé en présence de sulfites et d'ammonium, contenant un résidu : le 4-MEI. Celui-ci a été classifié comme cancérigène potentiel et sa toxicité est avérée. En 2011 la Californie a réussi à imposer le seuil de non toxicité de 29 µg/j alors qu'une cannette de cola en contient normalement environ 150 µg. Du coup les colas aux États unis bénéficient d'un colorant à dose réduite en 4-MEI, en Europe rien ne bouge.

- du conservateur E211, le sodium bensoate. Celui-ci a été relié en 2007 aux recrudescences d'hyperactivité. Non ce n'est pas le principe actif de la Red Bull, et ce que l'on nomme hyperactivité est en réalité une diminution des facultés d'attention. Coca Cola a annoncé qu'ils supprimeraient cet additif... quand ils trouveront une alternative !

- de l'acide phosphorique qui donne un effet plus corsé que l'acide citrique habituellement employé dans les boissons. Mais au contraire de l'acide citrique qui peut être métabolisé par le corps et converti en CO2, l'acide phosphorique altère la balance des minéraux acides/basiques. Il en résulte qu'outre attaquer l'émail des dents, on observe que deux verres de cola par jour signifie un doublement des risques d'insuffisance rénale, augmente les risques d'AVC, conduit à d'avantage d'ostéoporose chez la femme âgée.


Voilà je m'arrête là sur l'aspect santé, les colas ne sont pas les seuls aliments à avoir des effets négatifs sur celle-ci. Par contre les faire paraître comme des produits sains, même quand ils sont bio, c'est vraiment se moquer ouvertement du consommateur.

Et l'aspect social dans tout ça ?

Oui revenons aux prémisses, nos deux méga-corporations investies dans le monde entier mis à part Cuba et la Corée du Nord délèguent l'embouteillage à des entreprises locales dont elles sont actionnaires minoritaire et leur revendent juste les sirop prêts à être dilués. Cela à la fois pour garder leur recette secrète et pour maintenir un maximum de compétitivité.
Parfois cette quette de rendement va jusqu'à faire employer le personnel de ces embouteilleurs par des sociétés écrans pour briser les initiatives syndicales. 


Des affaires de meurtre de syndicalistes ont aussi secoué le Guatemala, mais les droits des travailleurs sont également bafoués par les sous traitants de Coca cola en Chine, Salvador, Inde, Mexique, Pakistan, Philippines, Turquie, Namibie...



Du côté de PepsiCo aussi on relève de graves manquements au respect du droit des travailleurs en Chine, en Inde. Sur la question de la consommation d'eau Pepsico est critiqué sur sa communication la faisant paraître comme neutre. Tandis que les mesures de compensation engagées semblaient ne pas être à la hauteur en Inde notamment.
Si le sucre utilisé dans la confection des sodas est de plus en plus tiré du maïs (souvent ogm voir le passage sur la proposition 37 ci dessus), cela n'empêche pas PepsiCo et Coca cola d'acquérir sur les marchés des quantités incroyables de sucre de canne. Dans de nombreux pays d'Amérique latine comme le Brésil, et en Asie comme en Indonésie, des entreprises en connivence avec les états exproprient les petits paysans de leur terres, profitant d'une culture locale où les titres de propriété n'avaient jamais été officialisés.
Oxfam a récemment pris à parti les géants du soda sur ce sujet, mais s'ils souhaitent faire bonne figure c'est tout le marché mondial avec l’opacité de la cascade d'intermédiaires qu'ils devront affronter. Autant l'un que l'autre ont encore beaucoup de travail pour assurer le statut des petits agriculteurs.

12 janvier 2015 : Discussion sur “les indignés” de New York : Occupy Wall Street.

Afin de célébrer ce début de nouvelle année, ce lundi 12 janvier, le Resto Trottoir vous convie à une discussion avec Mark Bray, auteur du livre : “Occupons Wall Street, L’anarchisme d’Occupy Wall Street”.
Mark nous expliquera comment les pratiques anti-capitalistes et anti-autoritaires du mouvement Occupy Wall Street ont pu être diffusées à un public plus large, de façon accessible et révolutionnaire.

Son livre, sorti aux éditions Noir & Rouge en 2014, rend compte du rôle prépondérant qu’a joué l’anarchisme dans l’émergence, les stratégies et l’essor rapide d’Occupy Wall Street à New York. Il y explique pourquoi les médias n’ont pu conceptualiser ces manifestations sans chefs et parle de l’incompréhension d’un public peu formé à autre chose qu’à des concepts électoraux, à la hiérarchie et à des élites à qui il faut ressembler.
Au cours de ces dernières années, l’anarchisme est devenue l’une des idéologies radicales les plus dynamiques dans le nouveau siècle. Les anarchistes ont joué un rôle central dans de nombreuses vagues de résistance : opposition au néolibéralisme et à l’austérité, luttes pour l’écologie radicale, la libération transpédégouine, l’antimilitarisme, l’abolition des prisons, la liberté d’information, la libération animale, l’antiracisme, l’antifascisme, le syndicalisme, etc. Comme le montre Occupy Wall Street, il est impossible de comprendre la direction prise par les mouvements sociaux du xxe siècle sans prendre en compte l’horizontalisme, l’action directe et l’entraide prônés par les mouvements anarchistes.

Mais le mieux est encore de venir discuter de tout ça au Grenier du 4B place du Jura (autrement appelée Place De Lattre de Tassigny) à 20h. Nous vous y attendons autour d’une collation végétalienne.

à bientôt,
les trottant.e.s



Resto Trottoir de décembre

Affiche Resto Trottoir décembre 2014 

 En cette fin d'année, nous en profitons pour formuler nos vœux pour une belle année 2015 :

- que l'espace public ne soit plus réservé aux seuls déplacements et événements validés officiellement mais devienne un véritable lieu d'échanges par les discussions, transmissions d'infos, partages, jeux...

- que l'éducation, la justice, le soin soient également réappropriés par chacun plutôt que délaissés à des institutions qui nous dépersonnifient.

- que le monde prenne enfin conscience que les conflits mondiaux ont toujours pour origine des inégalités d'accès aux besoins essentiels. Encore aujourd'hui dans le monde près de 800 millions de personnes souffrent de la faim et sont privés d'eau potable. Que l'incitation aux cultures d'exportation est surtout génératrice de profits pour l'occident tandis qu'elle sape l'agriculture vivrière locale, piégeant les populations dans la pauvreté et une forme d'esclavage moderne.

- que les 9 tonnes de viande consommées par seconde dans le monde ne font que renforcer la faim, car en y réservant les 2/3 des terres agricoles et face à une désertification galopante, ce sont encore les plus pauvres que l'on prive des aliments de base comme les céréales dont le prix à explosé. Sans oublier que la vague de découvertes scientifiques sur la sensibilité et la conscience des animaux que l'on exploite devraient nous faire songer d'avantage à leur condition, dans un contexte où l'on tend à industrialiser l'élevage comme jamais.

En cette veille de Mithragan, la fête célébrant la renaissance du soleil par le rallongement des jours, ayant inspiré celle de Noël, le ton devrait être à l'optimisme. Nous sommes tout un chacun porteurs de changement, par nos actions, par nos échanges. Aussi gardons à l'esprit que derrière la fête commerciale que l'on connaît aujourd'hui il y avait avant tout des symboles d'espoir et de solidarité.

Ce dimanche 28 décembre comme tous les derniers dimanche du mois, vous pourrez nous rejoindre au Resto Trottoir place Marulaz à partir de 11h30 pour l'installation mais surtout pour un repas gratuit végétalien !
Vous trouverez aussi peut-être de beaux cadeaux à vous faire dans la zone de gratuité, ou qui sait, aussi à donner !

Resto Trottoir de novembre sous le signe des ZAD, Zones À Défendre…


À l’heure où des chantiers inutiles (il est possible de faire autrement et de manière plus écologique), onéreux (fonds publics versés aux entreprises privées), dangereux (sites nucléaires et déchets éternellement polluants) et mafieux (usage et création de lois pour ceux qui ont de l’argent) sont décidés par des commissions aux étranges intérêts et lancés sur tout le territoire, de généreux gaillards et gaillardes résistant.e.s… se retrouvent pour défendre ce que d’autres veulent détruire… à tout prix.

Et pendant ce temps-là…


En ville, la constitution d’un fonds de commerce est désormais autorisée sur le domaine public.

La loi n° 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l’artisanat, au commerce et aux très petites entreprises permet dorénavant de constituer un fonds de commerce sur le domaine public…
Le régime juridique du domaine public paraît a priori peu compatible avec la constitution de fonds de commerce. Il est d’ailleurs déjà contestable de voir le domaine public servir de siège à une activité commerciale. Après tout, la destination la plus naturelle du domaine public est l’usage du public, ou celle d’un service public !

En ville, Les locaux communaux et payés par les contribuables sont vendus ou prévus à la vente aux promoteurs immobiliers privés.

À Besançon, conservatoire, hôpital Saint-Jacques, faculté de médecine, bâtiments syndicaux ou de fonction de l’État, écoles maternelles ou primaires, etc. [à compléter selon les projets dans votre voisinage]… bien des bâtiments sont prévus à la vente alors que des associations et des services sociaux manquent cruellement de locaux et qu’on les renvoie à une location dans le système privé (où les coûts sont structurellement inadaptés à ces associations et services).

En ville, des "éco-quartiers" servent d’alibi pour bétonner des jardins familiaux et zones maraîchères (les Vaîtes à Besançon, les Lentillères à Dijon).

De plus en plus de parcelles maraîchères subsistant en ville sont expropriées pour “cause d’utilité publique” et rachetées à vil prix par des promoteurs avec la bénédiction des élus locaux.
On vend alors aux citoyens des habitats fort coûteux avec comme alibi le pseudo label écologique "éco-quartier", en  ignorant presque complètement ce que pourrait être une réelle révolution écologique après pétrole : le recours aux transports actifs (marche, vélo), l’utilisation de matériaux de construction performants et peu énergivores (terre, bois, chanvre, chaux), des méthodes de production au plus proche de la consommation. On aboutit alors à un résultat inverse, puisque pour avoir une maison au toit de verdure ou quelques arbres au milieu d’un habitat HLM de luxe, il faut raser et bétonner des jardins, espaces verts, friches et terres agricoles…

Au bord des villes, telle à Besançon à la gare TGV Auxon-Dessous/Auxon-Dessus…

Des zones agricoles sont mises en vente et parcellées pour un nouveau pôle industriel et artisanal. Des locaux sont vides et inutilisés dans Besançon et ses environs : plutôt que d’utiliser des sites abandonnés par les entreprises, plutôt que de dépolluer et reconstruire, on préfère étendre le bâti sur des zones nourricières.

Les médias à la solde des pouvoirs de la finance cherchent à discréditer par tous les moyens les luttes contre ces excès.

On brandit alors aisément que le domaine des travaux publics est très créateur d’emplois, et que s’opposer à ces chantiers va contre l’intérêt général. Les moyens pacifiques d’occupation sont caricaturés pour être affichés au public comme du djihadisme vert, ce qui permet de justifier les bavures emportements des forces de l’ordre et de maintenir coûte que coûte la poursuite de travaux.
Des débordements lors de manifestations de soutien à ces luttes sont systématiquement instrumentalisés pour les faire paraître comme de vulgaires appels à la rébellion voire même des prétextes pour mettre les villes à sac. Dans les mouvements de blocage chez les étudiants, on oppose  les grévistes traités comme des fainéants opportunistes aux parents d’élèves et collègues briseurs de grève qui seraient les seuls à être soucieux de la bonne conduite de leurs études.
Tout est fait pour susciter chez le public un mépris pour toute opposition qui ne soit pas orchestrée par les partis ou les syndicats et pour des modes de vie et de lutte qui sortent des normes.
Peu de choses ont changé à vrai dire depuis les luttes de 68, il y a de nombreux nouveaux Larzac, des travailleurs et travailleuses (et chômeurs et chômeuses !) en lutte pour une révolution des entreprises, une possible convergence des luttes, et en face une poignée de ceux qui ont accumulé encore plus du patrimoine commun, de l’espace de communication, d’emprise sur le pouvoir. À la différence désormais que qualifier de “soixantehuitards” les insatisfaits ingrats que nous sommes suffit à jeter le discrédit sur ces causes justes...


Alors, en attendant et pour éviter que toutes les places et espaces publics ne deviennent privés et/ou bétonnés un jour… ce dimanche 30 novembre retrouvons-nous une fois de plus à défendre cette mini-zad [qu’est cette ré-appropriation de l’espace public par ses habitant.e.s et le collectif Resto Trottoir - FOOD NOT BOMBS Besançon…] place Marulaz, à partir de 11h30 pour l’installation.


-----
Les cartes des grands projets inutiles :
La carte de France des projets contestés.
Grands projets inutiles : ils se bâtissent à la grenade.