resto-trottoir de février

  
Le prochain resto-trottoir aura lieu le dimanche 26 février à partir de 12 heures 30 place Marulaz à Besançon. Ce mois-ci, notre repas végétalien sera accompagné à la guitare par le groupe de Jazz Manouche Swing en Boucle.



        Alors que le parti socialiste semble hésiter à achever de se discréditer en lançant une grande offensive contre Notre-Dame-Des-Landes, nous pouvons parier que le prochain gouvernement, quel qu'il soit, lui le fera. Là-Bas se jouera non seulement l'avenir du Bocage local mais également celui de bien d'autres projets présents et à venir qu'une victoire des opposant-es à l'aéroport viendrait sérieusement doucher. 
Tenons nous prêt-es à les soutenir!

resto-trottoir de janvier

      Le prochain resto-trottoir aura lieu dimanche 29 janvier à partir de 12 heures 30 place Marulaz à Besançon. Ce mois-ci le repas sera préparé avec les migrants du squat Denfert-Rochereau.
      Alors que des demandeurs d'asile dorment à la rue et que des migrants de Calais accueillis dans le Doubs commencent à être expulsés en dépit des promesses qui leur avaient été faites, la solidarité s'organise à la base pour permettre d'accueillir dignement celles et ceux qui en ont besoin.
     



      Ensemble nous voulons rejeter cette politique meurtrière et montrer que nous sommes capables d'accueillir parmi nous celles et ceux qui ont choisi de fuir la guerre, la misère ou toute forme d'oppression qui les a poussé(e)s à partir.
       Vous pouvez venir cuisiner avec nous samedi 28 janvier en contactant le resto-trot par mail ou aider directement les migrants du squat Denfert : https://www.lepotcommun.fr/pot/a44wo8u0

RT du 25 décembre

Nous serons bien là ce 25 décembre, mais en formule allégée ! N'hésitez pas à emmener un plat végétalien à partager.
Nous espérons vous retrouver à partir de 12h30 place Marulaz à Besançon.
Vous l'avez compris, nous serons en comité restreint, n'hésitez pas à venir nous aider le dimanche dès 11h30 pour l'installation et après le repas pour la vaisselle.
Merci de nous avertir si possible sur notre adresse de contact : resto-trottoir@herbesfolles.org

RT de novembre autour de la journée internationale contre les violences à l’encontre des femmes

Le prochain resto-trottoir aura lieu dimanche 27 novembre à partir de 12h30 place Marulaz à Besançon.
Nous soutenons les manifestations autour de la journée internationale contre les violences à l’encontre des femmes (25 novembre). Les actions contre ces violences ont lieu à Besançon du 15 au 28 novembre, le programme se trouve ici.
  « Les termes ‘violence à l’égard des femmes’ désignent tous actes de violence dirigés contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée » (Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes, Assemblée générale des Nations Unies, 1993).
    Le prochain resto-trottoir aura lieu dimanche 30 octobre à partir de 12 heures 30 place Marulaz à Besançon.



    
Ce mois-ci, la caisse de soutien sera reversée aux habitant(es) de Faeate, un petit village d'Italie détruit par un séisme cet été et qui s'apprête à passer l'hiver sous des tentes. Comme souvent, les aides promises tardent à venir, se perdent dans la "nature" et les victimes se débrouillent toutes seules ... Aussi, l'idée est de donner directement un coup de main aux gens sur place plutôt que de passer par des organismes qui captent une partie de l'argent et ne laissent pas les populations utiliser les ressources comme elles le souhaitent.
 MENACE SUR LES MÉDIAS
ALTERNATIFS ET INDÉPENDANTS 
 
Lors de sa campagne présidentielle de 2012, François Hollande avait promis : «Je renforcerai la loi sur la protection des sources».Une fois de plus, il fait exactement le contraire. L’Assemblée nationale vient d’adopter un amendement du gouvernement, qui porte atteinte au secret et à la protection des sources des journalistes. 

Avant cet amendement, les journalistes n’étaient pas obligés de donner l’identité réelle de leurs sources d’information à la justice. Après cet amendement, s’il est confirmé par le Sénat en septembre, ils seront obligés de la donner. En cas de refus d’obtempérer, un journaliste risquera jusqu’à 7 ans de prison.

La conséquence directe sera de faire craindre aux sources pour leur sécurité (secret-défense, indiscrétion politique, corruption, fraude fiscale etc.) et de passer sous silence toutes les dérives du pouvoir.


 
La suite au Sénat en septembre...
pour plus d’info : http://www.snj.fr/…/le-gouvernement-sen-prend-à-la-protection des sources

Les Diggers de San Francisco / Californie (1965-1968)
 «EVERYTHING IS FREE, do your own thing».« Automne 1966, c’est avec ce mot d’ordre que les Diggers, un petit groupe de jeunes révoltés issus du théâtre, cherchent à radicaliser les enfants fleurs en train de converger vers San Francisco.
Référence faite aux paysans anglais du XVIIe siècle menés par Gerrard Winstanley qui s’étaient appropriés des terres seigneuriales pour les cultiver en commun, les Diggers de San Francisco s’emparent du quartier de Haight Ashbury et y cultivent les graines d’une utopie en acte. Partisans du « théâtre guérilla », ils mettent en scène leur rêve d’une vie Libre et Gratuite, distribuent des repas, ouvrent des magasins gratuits, organisent de gigantesques fêtes..., et réclament la rue comme théâtre de leurs actions politiques critiques, subversives et festives.Entrés dans la légende de la contre-culture avec le flamboyant roman autobiographique d’Emmett Grogan, Ringolevio. 

Les Diggers ont traversé les années 1960 comme un de ces « orgasmes de l’histoire » qui jaillissent ça et là, aussi intense que court, et pour lequel il est autant question de révolution que de plaisir... »
Alice Gaillard est co-auteur du film Les Diggers de San Francisco pour lequel elle a rencontré la plupart des membres du groupe.