Resto Trottoir de juin

Le prochain resto-trottoir aura lieu le dimanche 30 juin à partir de 12 heures 30 place Marulaz à Besançon (ou à l'abri sous les arcades du quai Vauban s'il fait mauvais temps).

Les soldes d'été commencent.
Voici une affiche que vous avez peu de chance de voir en vitrine de magasin...

Resto Trottoir - 26 Mai


Le prochain resto-trottoir aura lieu le dimanche 26 mai à partir de 12 heures 30.
Puisque la dernière fois, la pluie nous a privé de la pelouse du square Charmont où nous avions prévu de faire un pic-nique, on a décidé de retenter le coup ce mois-ci.

Et si malheureusement, on a encore pas de chance cette fois-ci et qu'il fasse encore mauvais temps, on se mettra de nouveau à l'abri sous les arcades du quai Vauban pour se tenir au chaud.


Initialement prévu le 1er et 2 juin à Nancy, le festival VENT DE BURE (voir le site) est reporté en septembre, mais le projet d’enfouissement est toujours en cours et la lutte continue pour le stopper.

Bure, c’est un petit bout de Meuse pour l’un des plus gros projet industriel européen : enfouir 85000 m3 des pires déchets radioactifs dans 300 kms de galeries, à 500 m sous terre. 130 ans de chantier, garanti sans risque pour 100 000 ans ! Derrière ces chiffres abstraits, des risques réels : explosions, incendies, contaminations, rejets massifs. Depuis 25 ans, pour faire accepter ce projet, État et nucléocrates cherchent à l’imposer en faisant de la population locale leur cobaye et en faisant taire les élu-es à coup de corruption légale d’un milliards d’euros. ... lire la suite sur ventdebure.com

Resto Trottoir d'Avril

Le prochain resto-trottoir aura lieu le dimanche 28 avril à partir de 12 heures 30.
Puisqu'il y a ce jours là le vide-grenier de Battant qui occupera place et rues, nous nous déplaçons au square Charmont, sur la pelouse au dessus de la place Marulaz ( en direction de la place Leclerc ). Le repas se fera en mode pic-nic.


 Si malheureusement, il fait mauvais temps, on se mettra à l'abri sous les arcades du quai Vauban.

Resto Trottoir de Mars

Le prochain resto-trottoir aura lieu le dimanche 31 mars à partir de 12 heures 30 place Marulaz à Besançon (ou à l'abri sous les arcades du quai Vauban s'il fait mauvais temps).
 https://www.facebook.com/jardinsdesvaites

Prochain resto trottoir

Dimanche 24 Février à partir de 12h30 



 Depuis que les sorciers de la technocratie ont transformé les paysans en entrepreneurs l'agriculture est devenue une industrie.

Cette industrie inonde les marchés internationaux de denrées alimentaires à bas prix, contribue à détruire les agricultures vivrières et impose sa domination sur de nombreux pays en particuliers les ex (?) colonies de l'état français.
Les agricultures de ces pays dominés sont elles, consacrées à des cultures d'exportation destinées à être consommées ou utilisées dans les pays dominants au détriment des besoins locaux (thé, café, agrumes, huile de palme, caoutchouc, chocolat, tabac, coton, bananes....).

Cette industrie agricole mondialisée, pour maintenir une production intensive utilise sans retenue les apports de la chimie ; engrais et pesticides (herbicides et insecticides).
Elle empoisonne les sols, tue les insectes et détruit les conditions biologiques nécessaires à la survie de nombreux animaux.

Les actionnaires de l'industrie chimique, s'enrichissent sans scrupules depuis des années de cet état de fait.
Les paysans s'appauvrissent et sont contraints d'utiliser ces produits dont ils sont les premières victimes.


Contre ce système, construisons une agriculture vivrière, écologique
de qualité et de proximité !


Il est possible de signer l'appel pour l'interdiction de tous les pesticides de synthèse lancé par le collectif «nous voulons des coquelicots»


Dimanche 24 Février à partir de 12h30

retrouvons-nous place Marulaz pour manger ensemble
et discuter de cette situation ou/et de tout autres sujets de discussion que
nous aurons envie de partager


Resto Trottoir de Janvier


 


Le PIB (Produit Intérieur Brut) est le principal indicateur économique sur lequel se base la politique néo-libérale des pays occidentaux (Union Européenne et Amérique du Nord en tête). Le PIB tient compte uniquement de la somme des valeurs ajoutées produites. Il mesure le flux de production (marchandes et non-marchandes) mais ne tient pas compte des externalités engendrées par cette production. Le but d’un représentant politique suivant une doctrine néo-libérale est de faire grimper cette courbe, c’est ce qu’on appelle la croissance. Entre parenthèse, le développement économique, la croissance verte, le développement durable, la transition énergétique ont tous un unique but, celui de conserver notre mode de production.

La production marchande (construire une route, un hôpital, une école, une usine) et non-marchande (utiliser cette route, cet hôpital, cette école, cette usine) provoquent inévitablement des externalités positives et négatives. Le problème principal du PIB est ainsi d’omettre que ces constructions ont non seulement un coût financier (qui est évidemment pris en compte), mais surtout environnemental et social (qui n’est jamais pris en compte). Jamais ? pensez-vous, et bien non, jamais, car sinon pourquoi permettre la construction d’une zone commerciale à 10km du centre-ville sur des champs fertiles (Chateaufarine) ? Pourquoi approuver la construction d’éoliennes sur des sites naturels protégés (15 projets éoliens en Franche-Comté d’ici 2020) ? Pourquoi construire de nouvelles routes/chemins de fer qui brisent les écosystèmes ? Car les externalités négatives ne sont pas prises en compte. Le PIB ne prend pas en compte l’érosion et la perte de notre capital-naturel mis gratuitement à notre disposition. Le PIB ne prend pas non plus en compte les externalités positives comme la connaissance, l’amitié, le partage, la qualité de vie, sinon pourquoi se demander encore en 2019 s’il vaut mieux construire une école, un centre de soin ou tout simplement rien, plutôt qu’à tout prix une prison, une mine ou une start-up ?

Après avoir brosser le trait de ce qu’était le PIB, attachons-nous à observer la fine corrélation qui existe entre la production (PIB) et les émissions de CO2 indiquée sur l’affiche du RT de ce mois de janvier. Tout d’abord, il est important de noter que si une courbe des pollutions en tout genre existait (pollution dues aux plastiques, aux rejets toxiques, aux pesticides, etc …), elle serait strictement corrélée à celle de la simple émission de CO2, et cela pour une unique raison : plus nous produisons, en tenant exclusivement compte du PIB, plus nous polluons, car le PIB est la somme des valeurs ajoutées de la production. La valeur ajoutée comptabilisée par le PIB n’est autre que l’énergie que l’on aura insufflée au système pour passer d’un produit à un autre. Plus un produit se retrouve loin dans la chaîne des valeurs ajoutées, plus il aura eu besoin de ressources primaires importantes. Acheter des légumes non traités et non génétiquement modifiés au marché n’offre quasiment aucune valeur ajoutée et donc n’influencera pas le PIB, il n’aura donc pas beaucoup d’impact sur les émissions polluantes. A l’opposé, à la finalité de la chaîne, acheter un ordinateur, un téléphone portable ou se déplacer en avion utilisera une somme de valeurs ajoutées considérable et donc seront des produits très polluants.

Aujourd’hui, il est infiniment plus simple de construire un aéroport, une mine à ciel ouvert, un stade de sport (qui feront monter le PIB et donc la croissance) que de ne rien construire.

La décroissance est une autre manière de penser l’économie, en inscrivant l’écologie (l’écosystème) au minimum au même niveau que l’économie. Il devient alors possible de sortir de cette spirale productiviste, consommation=pollution, qui nous fait entrevoir un futur des plus chaotique.

Resto Trottoir de décembre

Nous serons bien là ce 30 décembre, mais en formule allégée !
Nous ne serons pas assez nombreux-ses pour préparer un resto trottoir habituel, mais nous serons assez pour vous mitonner une bonne soupe bien chaude et avec un peu de chance lors de la récup' quelques desserts.
Si vous le souhaitez, vous pouvez également emmener un plat végétalien à partager.


 
Et n'hésitez pas à venir nous aider le dimanche dès 11h30 Place Marulaz pour une installation light et après le repas pour la vaisselle.